Archives pour la catégorie Lectures

Anniversaire de Sri Aurobindo

Message pour le Darshan du 15 août 2014

On peut avoir mentalement une forte admiration ou appréciation pour la grandeur intellectuelle ou spirituelle du Gourou – on peut le suivre et accepter ses directives. Mais si c’est seulement mental, cela ne nous mènera pas très loin. Certes, il n’y a rien de mal à avoir aussi cette approche mentale, mais ce n’est pas suffisant pour une ouverture complète de l’être intérieur, car seul un contact mental est établi. (…)

La bhakti psychique est différente. Comme le psychique communique avec la Divinité qui est derrière, il peut avoir une vraie bhakti. La bhakti psychique ne fait aucune demande, aucune réserve. Elle est, et cela lui suffit. L’être psychique sait comment obéir à la Vérité de la vraie manière. Il se donne vraiment à Dieu ou au Gourou, et parce qu’il peut se donner vraiment, il peut aussi recevoir vraiment.


In the mind one may have a strong admiration or appreciation for the intellectual or spiritual greatness of the Guru – follow him and mentally accept his dictates. But if it is merely mental, that does not carry you very far. Of course, there is no harm in having that also, but by itself it does not open the whole of the inner being; it only establishes a mental contact. (…)

Psychic Bhakti is not like that. Because it is in communication with de Divinity behind, it is capable of true Bhakti. Psychic Bhakti does not make any demand, it makes no reservations. It is satisfied with its own existence. The psychic being knows how to obey the Truth in the right way. It gives itself up truly to God or the Guru, and because it can give itself up truly, therefore it can also receive truly.

Sri Aurobindo

La jeunesse (Agenda)

(Mère commence par lire pour la radio indienne le message  qu’elle a l’intention de diffuser pour le 21 février 1968  à l’occasion de ses quatre-vingt-dix ans.)
«Ce n’est pas le nombre d’années vécues qui vous rend vieux: vous devenez vieux dès que vous cessez de progresser. Quand vous sentez que vous avez fait tout ce que vous aviez à faire, quand vous pensez que vous savez tout ce que vous devez savoir, quand vous voulez vous asseoir et jouir du résultat de votre effort avec le sentiment que vous avez assez travaillé dans la vie, alors immédiatement vous devenez vieux et vous commencez à décliner. Quand, au contraire, vous êtes convaincu que ce que vous savez n’est rien en comparaison de tout ce qui reste à savoir, quand vous sentez que ce que vous avez fait est juste le point de départ de tout ce qui reste à faire, quand vous voyez l’avenir comme un soleil attrayant et rayonnant de toutes les innombrables possibilités qui restent à accomplir, alors vous êtes jeune, quel que soit le nombre d’années que vous avez passées sur la terre, jeune et riche de toutes les réalisations de demain. Et si vous ne voulez pas que votre corps vous trahisse, évitez de gaspiller vos énergies en agitation inutile. Quoi que vous fassiez, faites-le dans le calme et l’équilibre. La plus grande force est dans la paix et le silence.»

L’AGENDA DE MÈRE, 8 Novembre 1967 Continuer la lecture de La jeunesse (Agenda) 

L’Agenda: la 4e dimension

L’AGENDA DE MÈRE, 8 février 1973

Quelle est la meilleure manière de nous préparer? Car évidemment on sent bien que tout cela demandera une préparation assez longue.
Naturellement, c’est d’élargir et d’éclairer votre conscience. Mais comment faire?… Votre propre conscience, l’élargir et l’éclairer. Et si vous pouviez trouver, chacun de vous, votre psychique et vous unir à lui, tous les problèmes seraient résolus. L’être psychique, c’est le représentant du Divin dans l’être humain. C’est cela, n’est-ce pas: le Divin n’est pas quelque chose de lointain et d’inaccessible; le Divin est en vous, mais vous n’en êtes pas complètement conscients. Vous avez plutôt… ça agit maintenant comme une influence plutôt que comme une Présence. Il faut que ce soit une Présence consciente, que vous puissiez à tout moment vous demander comment… comment le Divin voit. C’est comme cela: d’abord comment le Divin voit, et puis comment le Divin veut… et puis comment le Divin fait. Et ce n’est pas s’en aller dans des régions inaccessibles: c’est ici-même.
Continuer la lecture de L’Agenda: la 4e dimension 

De L’Agenda de Mère

13 septembre 1967 (extraits)

Et quand il (Sri Aurobindo) est parti, il y a toute une partie —la partie la plus matérielle de la descente du corps supramental jusqu’au mental— qui visiblement sortait de son corps comme cela et entrait dans le mien, et c’était tellement concret que je sentais la FRICTION des forces passant à travers les pores de la peau… Je me souviens d’avoir dit là, à ce moment-là: «Eh bien, n’importe qui ayant cette expérience-là peut prouver au monde, par cette expérience, la survie.» C’était… c’était aussi concret que si c’était matériel. Et alors, après cela naturellement, c’était dans le champ de la conscience… Mais j’ai vu de plus en plus, de plus en plus, que tout ce qui arrive, tous les gens qu’on rencontre, tout ce qui nous arrive personnellement (c’est-à-dire en prenant la personne comme ce petit corps-là), tout cela, c’est TOUT LE TEMPS une mise à l’épreuve: vous tenez le coup ou vous ne tenez pas le coup; si vous tenez le coup, vous faites un progrès en avant; si vous ne tenez pas le coup, c’est à recommencer.  Continuer la lecture de De L’Agenda de Mère 

Résumé de lecture du 15.10.13

La Synthèse des yoga – tome 1 (15 octobre 2013) résumé de page 199 à 215 (148 à 159)

Chapitre 5 du Yoga des Œuvres Divines :  L’ascension du Sacrifice (1),  Les Œuvres de la Connaissance;  l’Être Psychique

« Quand nous parlons du sacrifice des œuvres en soi, nous n’entendons pas seulement l’offrande de nos actes extérieurs, mais de tout ce qui est actif et dynamique en nous, nos mouvements intérieurs autant que nos actes extérieurs… »

Le yoga intégral est une « évolution rapide qui nous fait passer de l’être mental à l’être spirituel… »

« …nous nous proposons la vie d’ici-bas, et non quelque autre vie ailleurs, comme champ d’action immédiat de l’Esprit : une transformation, non une annihilation de notre être et de notre nature. » Continuer la lecture de Résumé de lecture du 15.10.13