De L’Agenda de Mère

13 septembre 1967 (extraits)

Et quand il (Sri Aurobindo) est parti, il y a toute une partie —la partie la plus matérielle de la descente du corps supramental jusqu’au mental— qui visiblement sortait de son corps comme cela et entrait dans le mien, et c’était tellement concret que je sentais la FRICTION des forces passant à travers les pores de la peau… Je me souviens d’avoir dit là, à ce moment-là: «Eh bien, n’importe qui ayant cette expérience-là peut prouver au monde, par cette expérience, la survie.» C’était… c’était aussi concret que si c’était matériel. Et alors, après cela naturellement, c’était dans le champ de la conscience… Mais j’ai vu de plus en plus, de plus en plus, que tout ce qui arrive, tous les gens qu’on rencontre, tout ce qui nous arrive personnellement (c’est-à-dire en prenant la personne comme ce petit corps-là), tout cela, c’est TOUT LE TEMPS une mise à l’épreuve: vous tenez le coup ou vous ne tenez pas le coup; si vous tenez le coup, vous faites un progrès en avant; si vous ne tenez pas le coup, c’est à recommencer. 

Et c’est devenu comme cela POUR LE CORPS maintenant: douleurs, désorganisations, menaces de dislocation… Et alors, il y a toujours cette Conscience qui est comme cela, droite comme une épée, intérieurement, qui dit: «Maintenant, tu tiens le coup?» Et vraiment les cellules sont touchantes de bonne volonté: «Oh! c’est comme cela? Bien-bien.» Alors on se tient bien tranquille-tranquille-tranquille, et puis on appelle — on appelle le Seigneur. Alors on répète le mantra, qui vient automatiquement, et… la Paix s’établit, et au bout d’un moment la douleur a disparu — tout-tout, toutes les menaces l’une après l’autre disparaissent. Et c’est comme cela: «Seigneur, Tu es là…» Et alors, n’est-ce pas, des preuves tellement éblouissantes qu’il est impossible de les contester, de cette Présence si merveilleuse, et si simple, si simple, et si totale, dans tout ce qui vient, tout ce qui se passe, dans les moindres détails, pour vous conduire aussi vite que possible à la transformation. Et tout ce qui s’approche — tout ce qui s’approche à des distances plus ou moins grandes, mais qui s’approche, est emporté dans le Mouvement, sans même le savoir.

Une réflexion au sujet de « De L’Agenda de Mère »

  1. Je me décide à souligner l’excellent extrait de cet Agenda : « … que tout ce qui arrive, tous les gens qu’on rencontre, tout ce qui nous arrive personnellement..tout cela, c’est TOUT LE TEMPS une mise à l’épreuve: vous tenez le coup ou vous ne tenez pas le coup; si vous tenez le coup, vous faites un progrès en avant;  »
    Pas très facile à vivre à tous les jours, mais combien motivant face à certaines situations et à certaines personnes et on peut penser, à l’inverse.
    Harmonie, Lise

Les commentaires sont fermés.