Résumé de lecture du 15

Résumé de page 181 à 198 (135 à 147) de La Synthèse des yoga – tome 1 (15 septembre 2013)

Suite du chapitre 4 du Yoga des Œuvres Divines : Le Sacrifice, La Triple Voie et le Seigneur du Sacrifice

Dualité en laquelle le caractère deux-en-un est plus apparent que dans la dualité Pourousha-Prakriti] : la dualité dynamique Îshwara-Shakti.
Le chercheur se trouve devant un seul et même Être suprême et infini qui se présente à nous de deux côtés différents, avers et revers de lui-même :
– Le Divin en tant qu’Être (Îshwara). Une consciente et vivante Réalité qui soutient cette apparence que nous percevons comme Matière.
– Le Divin en tant que Puissance (Shakti). Une conscience et une puissance réalisatrice se manifestant dans le temps et l’espace.

Cette Dualité… crée et rend possible ce double courant d’énergie qui toujours semble être indispensable aux travaux du monde.

Du fait que les deux grands éléments du divin Mystère – le Personnel et l’Impersonnel – sont ici fondus l’un en l’autre, le chercheur sent qu’avec cette dualité de l’Îshwara-Shakti, il est plus proche du secret intime et ultime de la Transcendance divine et de la Manifestation, qu’avec aucune autre expérience… Car l’Îshwara-Shakti, la divine Conscience-Force ou Mère universelle, devient la médiatrice entre l’Un éternel et la Multitude manifestée.

Pour le chercheur, la Personnalité et l’Impersonnalité ont été les deux ailes de son ascension spirituelle, et il prévoit qu’il atteindra une hauteur où leur salutaire interaction aboutira à une fusion de leurs puissances qui dévoilera la Réalité intégrale et mettra en mouvement la force originelle du Divin… dans tout le développement de sa sâdhanâ il a senti leur double vérité et leur action mutuellement complémentaire :

• Une Présence impersonnelle a dominé ou pénétré et occupé sa nature.
• Une Lumière descendante a imprégné son mental, son pouvoir vital et les cellules de son corps.
• Une Force s’est déversée en lui.
• Une Béatitude l’a envahi.
• Un Amour sans limites l’a uni à toutes les créatures.
• Une Vérité et une Perfection spirituelles ont révélé un Bien suprême qui donnait la clef d’une harmonie cachée.

Mais derrière toutes ces choses et en elles, il a senti une Divinité qui est toutes ces choses [et revêt] toutes les relations que connaît la personnalité humaine, élevées à des niveaux surhumains, obligeant le sâdhak à une nature divine.

L’accomplissement prend la forme d’une union de notre existence avec Cela qui s’est manifesté à notre vision et à notre expérience, et cette union a un triple caractère :

1. Union en l’essence spirituelle, par identité, qui amène la libération de l’Ignorance (yoga de la Connaissance).
2. Union par l’établissement de notre âme en cette Conscience ou Être suprême, où l’âme demeure en le Divin ou avec Lui (yoga de l’Amour).
3. Union dynamique par similitude ou par unité de nature entre Cela et notre être instrumental ici-bas – être parfait comme Cela est parfait (yoga de la perfection et yoga des œuvres).

L’accomplissement n’est possible que s’il se produit une conversion, un renversement total de notre conscience. Il y faut une ascension de tout l’être, et en même temps une descente, pour consolider en bas ce que nous avons gagné en haut.

La découverte de la Lumière radieuse à jamais sur les hauteurs doit correspondre à la délivrance de la même Lumière cachée ici-bas en chaque élément, jusque dans les cavernes les plus profondes de la Nature subconsciente.

Pour ce travail, la soumission et l’abandon à Cela qui est au-delà de nous est indispensable… À mesure que le don de soi progresse, le travail devient de plus en plus facile et plus puissant, [s’accompagnant] de deux changements intérieurs :

• l’émergence de l’âme secrète et profonde au-dedans, qui était voilée par l’activité fiévreuse du mental, par la turbulence des impulsions vitales et l’obscurité de la conscience physique (ces trois pouvoirs qui par leur combinaison confuse, forment ce que nous appelons maintenant notre moi).
• une croissance moins entravée de la Présence divine au centre… et une irradiation de cette Présence dans toutes les zones conscientes et subconscientes de notre nature.

Tels sont les deux signes, l’un qui marque que notre conversion et notre consécration à la grande Quête sont complètes; l’autre, que notre sacrifice a été définitivement accepté par le Divin.